27 juin 2006

A/1 : Si nous faisions connaissance ?

Les filles n’avaient rien perdu des allées et venues de leurs nouveaux voisins durant leur emménagement, puis Laurène avait entraîné une Sally réticente, de l’autre coté de la rue où les deux jeunes filles partageaient avec trois de leurs amies la location d’une petite maison. - Tu vois ce que je vois Sally ? Ils sont chez eux, chiche qu’on leur rend une petite visite !- Han-nan, Laurène, ils viennent juste d’arriver, c’est trop sans gêne. On a bien le temps de faire leur connaissance. On finira bien par les rencontrer un jour ou... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 11:19 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

28 juin 2006

A/2. Ah les filles !

Vilma quant-à elle, était déjà passée à table. Elle avait tout de suite tapé dans l’œil de Joë, qui n’osait pas dire ce qu’il pensait : Bon sang, ce qu’elle est belle cette fille ! Elle ferait damner un saint. Si elles sont toutes comme ça à Felicidad, je suis pas prêt de me faire moine, moi. J’ai aucune chance de toute manière, elle n’a d’yeux que pour Abdoul. Et lui, il s’enfile ses sandwiches sans se rendre compte de la veine qu’il a. Y en a qui connaissent pas leur chance. Vilma, en effet, semblait bien apprécier... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 12:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
29 juin 2006

A/3 : Laurène creuse l'écart

Laurène, Sally et Vilma furent fraîchement accueillies d’un :- Hé-bien voilà ! Elles sont quand même revenues, les lâcheuses !  On se demandait si vous y alliez y passer la nuit. Je vous préviens, ajouta Mandy, on vous a gardé des nouilles, mais elles sont presque froides, faudra vous dépêcher de les manger.- On a déjà… commença Laurène, interrompue par un coup de coude de Vilma- Tais-toi donc, elles sont déjà bien gentilles de nous avoir gardé des nouilles- Oui-ben, moi je peux plus rien avaler. J’AI PAS FAIM !... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 10:53 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
01 juillet 2006

A/4 : L'insoutenable attente

Miguel connut un sommeil agité au point de faire fuir André qui avait préféré finir sa nuit sur la banquette. Il dût cependant se lever au son du klaxon de la poubelle qui devait l'emmener au terrain de golf de Felicidad où il débutait sa carrière de flemmard en allant ramasser les baballes du gotha. Sally non plus n'était pas très fraîche, et elle en savait le pourquoi : Laurène. Lui demander de partager la chambre de Mandy n'avait pas été une bonne idée. Elle les avait entendues papoter une partie de la... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 12:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 juillet 2006

A/5 : Au gré du vent

Enfin, Laurène s’était décidée à appeler. Mais elle avait ajouté : - Ce serait sympa si tu amenais deux/trois copains avec toi. Et Miguel en avait ressenti de l’agacement.- Mais Laurène, c’était pas du tout ce qui était prévu- Je sais bien, mais les filles voudraient faire leur connaissance. Sois gentil, avait-elle susurré d’une voix charmeuse, demande leur de venir.André, le premier auquel il avait pensé n’était pas vraiment emballé- Aller chez les filles ! Si on commence à aller comme ça les uns chez les autres,  ça... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 17:59 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
06 juillet 2006

A/6 : Amour et mensonges

Sally et Mandy parties au travail, Laurène et Miguel fabriquant Grand Sim sait quoi dans le jardin, Donna proposa un café histoire de prolonger la soirée. Vilma, toujours imprévisible, semblait revenue à de meilleurs sentiments- Un café ? Tu n’y penses pas. Ils resteront bien souper avec nous. Je vais leur faire ma spécialité. La spécialité de Vilma, héritée d’une longue tradition italienne : les spaghettis cramés à la bolognaise. - Rha, c’est pas vrai, j’ai encore pas mis assez d’eau ! Pourtant j’ai suivi la recette de ma... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 11:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

07 juillet 2006

A/7 : Les jeux sont faits

Le lendemain, au réveil, Sally se sentait pousser des ailes. Jamais elle n’avait été aussi heureuse : Jean-Paul, son Jean-Paul lui avait avoué son amour. L’homme le plus merveilleux que la terre ait jamais porté, le plus beau, le plus intelligent, le plus aimable, le plus… tout ! Quelle chance ! Quelle joie ! Quel rêve !  Mais-non, elle ne rêvait pas, même si elle devait encore se pincer pour y croire.- Je l’aime, je L’AIME !!! cria-t-elle à la face du monde. Le monde lui répondit de mauvais poil par la... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 11:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 juillet 2006

A/8 : Avant l'orage

Ce troisième jour du mois de juillet resterait marqué d’une pierre blanche dans les souvenirs des dix jeunes gens : La métamorphose d’André et la sortie de l’ombre de Joë n’étaient pas les seuls évènements dignes de retenir l’attention. Miguel, pour ne citer que lui, était donc rentré du travail ravi-ravi par sa promotion et avait salué ce -je cite- « petit con de puceau de Joë », en grande conversation avec une fille, pour une fois. D’une humeur à effeuiller la marguerite et à en ramasser les pétales, ce qui était déjà... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 16:57 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
14 juillet 2006

A/9 Les pépins de l’amour

Laurène n’était pas très bien, ce matin au petit déjeuner. - Pourvu que je sois pas… Nan, c’était peu probable. Elle ne l’avait fait qu’une fois et Miguel lui avait promis de faire attention. Alors, pourquoi se sentait-elle si fatiguée, si barbouillée. Elle essaya de se rassurer et se força à avaler son bol de corn flakes.- Bof, ça va passer, une petite baisse de forme, c’est rien. Elle se sentit observée. Pourquoi Donna la fixait-elle avec cette tête d’enterrement ? Elle lança :- Bonjour, ça va Donna ?- Oui, ça va,... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 15:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 juillet 2006

A/10 Le poids du monde

Le quartier s’était couvert de constructions comme un sous-bois de champignons après l’ondée. Pour faire face à cet essor, la police de Felicidad avait besoin de nouvelles troupes. Leurs supérieurs n’avaient pas été sans remarquer la forme physique de Sally et Mandy et je ne vous parle pas de leurs formes tout court. Ils leur proposèrent de l’avancement. Elles plaisantaient en se congratulant mutuellement.- Elève officier Mandy au rapport, mon  commandant !Sally fit la grosse voix :- Vous pouvez garder le silence,... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 16:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]