27 août 2006

B/1 : Sally patauge dans le bonheur

Je n’avais jamais été aussi heureuse. A vrai dire, tant de bonheur me faisait un peu peur : c’était trop beau. De nos jours ou les couples se forment et se défont comme rangs de tricot, pourquoi le nôtre ferait-il exception ? Mais je voulais y croire. Depuis la veille, j’étais devenue Mme Sally Pullaire. « Madame » moi ! D’un coup, d’un seul, je m’étais sentie plus mûre, plus responsable.Score : Fiançailles :10, mariage :10, fête de mariage : 5 =  25 Que de bonheur, que de bonheur ! J’en revenais pas. Si on m’avait dit... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 17:47 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

30 août 2006

B/2 Des noces mi-figue mi-raisin

Joë s’en voulait à mort, en retrouvant son lit de célibataire. Mandy avait tenu parole, elle avait fait la vaisselle et était allée coucher en face, dans la maison des filles de manière à bien lui montrer que ses menaces n’étaient pas à prendre à la légère.Il se faisait des reproches : - Quel imbécile, quel fieffé crétin tu fais. Pour une fois que t’as ta chance, il faut que tu la laisse filer. Pourtant Mandy, c’est la femme de ta vie, tu le sais bien. Alors pourquoi ? Pourquoi ? Durant la nuit, il s’était livré à une... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 17:51 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 septembre 2006

B/3 : Bébé à bord !

Les invités étaient repartis, Joë et Mandy main dans la main, et  Miguel prenait sa douche. Tout le champagne qu’il avait avalé lui avait occasionné quelques fuites et il reniflait pas bon. Laurène commença à débarrasser la table- Dis-donc Vilma, demanda-t-elle. C’est Abdoul qui a payé le voyage de noces, d’après ce que j’ai compris. On leur a offert quoi, nous, comme cadeau ?Vilma l’informa- Abdoul voulait s’occuper de tout, alors on a donné la voiture à Donna. On pourra toujours s’en payer une autre. Et puis Donna, avait... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 10:56 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
06 septembre 2006

B4 : Donna essuie ses plâtres

En choisissant Donna pour l’accompagner sur le chemin semé d’embûches de la vie, Abdoul avait eu la main heureuse. Son sens des responsabilités, l’art de peser le pour et le contre, de le tempérer dans ses excès, en faisait l’épouse rêvée. Mais comment allait-elle supporter son ambition sans frein et ce besoin de paraître qui le menait ? En attendant, le couple vivait sa lune de miel. Ecoutons plutôt ce qu’elle en disait.Score : fiançailles : 10, mariage : 10, fête : 3 + 23 points. Je me souviendrai toute ma vie du jour où le... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 20:28 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
09 septembre 2006

B/5 Visiteurs du matin : chagrin.

En patrouillant, j’avais remarqué un canapé dans une vitrine. Sans hésiter je suis descendue de la voiture, en lançant à mon collègue :- Attends-moi, j’ai un truc à faire ! Et je suis allée demander qu’on me le livre le lendemain, dès l’ouverture du magasin. C’est Jean-Paul qui serait content ! Cette pensée, occupa mon esprit toute la soirée. Pourtant, les patrouilles de nuit, c’est pas mon truc. Quand je rentrai enfin, vannée et pressée de me blottir contre mon petit mari dans notre lit, j’eus vraiment une bonne surprise : Il... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 15:16 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
12 septembre 2006

B/6 Un bébé, ça vous change la vie

Miguel broyait du noir ce matin là. Il avait passé une nuit exécrable, réveillé toutes les quatre heures par Angie qui réclamait son biberon… quand elle n’était pas trempée.- Rha, c’est pas la joie un bébé ! Faudrait penser à la changer de chambre. Bien sûr, Vilma sera pas d’accord, sans parler de Laurène, mais qu’est ce qui vaut mieux ? En réveiller deux ou qu’une ? AH !!! Moi je dis qu’une ça suffit bien et si ça doit tomber sur Vilma, ça tombera sur Vilma ! Je veux encore bien m’en occuper dans la journée, mais la nuit c’est... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 07:19 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

13 septembre 2006

B/7 : Question de point de vue

Chez les garçons, -même s’ ils n’étaient plus que deux représentants de l’espèce, elle demeurait la maison des garçons  tout comme l’autre restait la maison des filles, question d’habitude. Chez les garçons donc, l’air était électrique. Depuis leur dispute chez les Larson, Joë et André se regardaient en chiens de faïence.Mandy était préoccupée. Voyez pas que Joë se laisse faire ? Bien sûr, il avait mouché André et bien mouché, même -elle sourit en revivant la scène-.mais elle connaissait son Joë, c’était pas le type à faire... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 18:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
15 septembre 2006

B/8 : 10 Kg de moins, ça change tout !

Miguel avait fini par se souvenir que Laurène l’attendait à la maison et que si Angie leur faisait la même corrida que la nuit dernière, il serait pas frais pour reprendre le collier à 9 heures le lendemain matin.- Bon, je vous quitte, je vais voir mes femmes ! avait-il annoncé, abandonnant le jacuzzi à Vilma et André.- Pas trop tôt, quel crampon ! avait grincé André.- Bof, il nous a pas gêné beaucoup, souligna Vilma. Mais lorsqu’à son tour, elle rentra à la maison, elle trouva Laurène en larmes.- Ben, Laurène, qu’est ce... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 09:03 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
19 septembre 2006

B/9 Ca sent le bébé !

Mandy regardait Joë dormir du sommeil du juste. Dire qu’il serait bientôt son mari. Elle avait eu si peur qu’il ne recule au dernier moment, qu’il se rende compte qu’avec elle les discussions n’atteindraient jamais des sommets. Pas qu’elle soit bête, elle se débrouillait pas si mal au collège, mais… mais la vie s’était chargée de l’assaisonner au sortir de l’adolescence : Un prof, marié comme il se doit, qui lui avait promis la lune et lui avait offert la honte et 500 simflouzes pour avorter. Après ça, les études… elle avait pris... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 00:24 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
22 septembre 2006

B/10 : A quand la noce ?

- Han-naaaan ! c’est pas possible, pas déjà, se lamentait Laurène en nourrissant Angie. A son lever, elle s’était senti le cœur barbouillé, comme si elle avait abusé de la bonne chère ou de la bouteille. Ca aurait peut-être mieux valu. Elle avait tout de suite reconnu les signes - Je crois bien, qu’on a décroché le pompon mon pauvre ange, lâcha-t-elle. Pas étonnant, non plus, avec Miguel qui pensait plus qu’à faire crac-crac depuis qu’elle avait retrouvé sa ligne. Bon-ben, y avait plus qu’à le mettre au courant. Tiens,... [Lire la suite]
Posté par fonsine à 01:18 - - Commentaires [16] - Permalien [#]