07 novembre 2007

D/8 : La nouvelle génération

F6promueinspecteur

Il faisait un soleil radieux quand je suis partie au travail, et je rentre, il pleut ! Dire que j’ai passé ma journée enfermée dans un bureau étriqué et malodorant à écouter les blagues éculées d’Abdel Bailly et les jérémiades de Laurent Marques. Enfin, j’ai pas tout à fait perdu ma journée puisque me voilà promue inspecteur.

F6retour

C’est bien le meilleur moment accueillie par ma petite Chloé.
- Maman, maman, t’es enfin rentrée !
Je me retiens de sourire. Je sais bien que mon absence n’a pas dû lui peser beaucoup, mais ça fait du bien de penser que je lui ai manqué un peu. Je m’inquiète :
- T’es pas restée toute seule ? Tu t’es fait des amis au moins ?
Je ne voudrais pas que, sérieuse comme elle l’est, elle se trouve perdue quand elle devra aller à l’école lundi.

F6vu

Elle s’est empressée de me rassurer
- Ha-nan, j’ai vu tonton Miguel. Il est là avec papa, ils font les fous dans la chambre d’Axel.
Ca ne m’étonne qu’à moitié de Miguel. Mais je ne pensais pas à tonton Miguel en parlant d’amis.
- Tonton Miguel est bien gentil, mais il est un peu vieux pour toi. Je voulais dire… tu n’as pas fait d’amis de ton âge ?
- J’ai fini ma journée, madame Pullaire. Pfff, quand monsieur le député est là, c’est pas de tout repos ! a lancé Lucie en empochant ses gages.
A qui le dit-elle ?

F7AHSI

- Ah-si, j’ai fait une copine. Elle passait devant chez nous juste quand tonton Miguel est arrivé. Comme tu m’avais dit de saluer les passants, je l’ai fait. Mais je te signale que tonton Miguel a failli écraser la lumière du jardin. Il arrêtait pas de rouspéter : « Mais-heu ! A-t-on idée de foutre ça dans le passage ?! » m’a informée Chloé.
Je jetai un œil sur le spot, ça va, il était encore entier. J’interrogeai :
- Comment elle s’appelle, ta copine ? Elle est gentille au moins ?

F7Andrefille

- Elle s’appelle Sarah Doniste, elle habite la grande maison avec les grilles au bout de la rue et elle est très gentille, m’apprit Chloé.
Je m’écriai :
- Sarah Doniste ? Mais c’est la fille d’André et Vilma ! Tu dis qu’elle est gentille ? Elle tient de sa mère alors. De quoi vous avez parlé ?

F7blague

- Oh-ben déjà, elle connaît tout plein de blagues de l’armée que sa maman lui a racontées, on a bien rigolé.
Des blagues de l’armée ? Ah-ben, ça devait être beau ! Je préférai rester dans l’ignorance poursuivant mon interrogatoire.
- Mais vous ne vous êtes pas raconté des blagues toute la journée ? Elle t’a parlé de sa famille ? Comment va sa mère ? Et son petit frère ? Tu sais qu’elle a un petit frère, comme toi ?

F7conversation

- Elle m’a juste dit qu’il allait fêter son anniversaire bientôt et qu’après son papa et sa maman allaient partir en Italie dans un grand bateau.
Voilà qui me surprenait un peu.
- En Italie ?! Mais… Vilma était d’accord ?
- Ben, c’est son papa qui dit ça. Parce que sa maman, elle a peur en avion, alors il a pensé qu’elle préfèrerait y aller en bateau.
Ca m’étonnerait que Vilma soit partante. Si elle croyait qu’il oublierait son histoire de trésor, elle se faisait des illusions, la pauvre. Cette idée aussi de lui raconter n’importe quoi. Je me demande comment elle va s’en tirer cette fois.

F7danser

Enfin, je n’allais pas rentrer dans les détails. Je continuai à demander à Chloé des nouvelles de sa journée.
- Mais, vous n’avez pas fait que de discuter ? Qu’est ce que vous avez fait de beau ?
- Je lui ai appris à danser le smustle, tu sais, comme j’ai vu faire papa à mon anniversaire.

F7gendarme

- Et puis après, on a joué au gendarme et au voleur. J’étais le gendarme maman, comme toi !
Hé-hé, je vois que l’histoire du super gendarme que je lui lisais quand elle était petite est restée gravée dans son esprit.

F7jouer

- Et puis on a joué gentiment à trois petits chats.
Tout ça c’était bien beau, mais j’aurais préféré qu’elles profitent un peu du soleil. Je protestai :
- Mais vous êtes restées tout le temps à la maison ? Vous n’êtes pas allées jouer un peu dehors ?

F7photo

- Si-si ! Même qu’on a pris des photos !
Mais on y est pas restées tellement longtemps parce qu’il s’est mis à pleuvoir.

F7Sauter

- Papa, il nous a montré qu’on pouvait jouer à sauter dans les flaques, mais j’étais pas trop d’accord pour salir mes collants. Je suis sure que c’est une bêtise ! Hein, maman, sauter dans les flaques, c’est une bêtise ?
J’approuvai :
- Oui ma puce, t’as raison : c’est une bêtise.
Dire que Chloé est plus raisonnable que Jean-Paul ! Il n’a pas peur que ses électrices le prennent pour un guignol, le député ? Remarque, ça surprendrait personne, y a longtemps qu’ils sont au courant que la politique c’est le guignol des grands

F8Arbre

A croire que j’avais pensé tout haut, car Chloé a précisé.
- Mais il s’était caché derrière la maison, hein ! Il a pas fait ça devant tout le monde.
Alors, nous on a préféré faire de la gymnastique pour frimer.
J’ai fait la roue, des galipettes, le poirier…

F8encore

- Elle est encore là, Sarah ? m’informai-je.
- Ah-ben-nan, elle a profité qu’il pleuve presque plus pour rentrer chez elle. Mais elle m’a dit qu’on se reverrait demain à l’école et puis, y a encore tonton Miguel.
Ah lui, ça m’aurait étonnée ! Tant qu’on n’est pas passés à table…

F8embrasser

Je me décidai à rentrer pour le saluer. Dès qu’il m’aperçut Jean-Paul vint m’embrasser amoureusement comme s’il ne vivait que pour ce moment. J’ignorais que je lui avais manqué à ce point là – à moins qu’il n’ait eu hâte de me voir endosser à nouveau le rôle de la parfaite secrétaire, et là, il pouvait toujours se brosser. Je m’étais fait le serment de le laisser aux prises avec les excitées de son fan club, qu’il se débrouille ! J’avais ma carrière aussi à mener et quand je serais ultra-sim, car je serais ultra-sim un jour, j’aurais enfin le sentiment d’être payée toutes ces frustrations qu’il m’avait imposées.

F8grandamour

- Toujours le grand amour, à ce que je vois ! commenta Miguel, une pointe de regret dans la voix. Le jour où il saura se satisfaire de ce qu’il a ne s’était pas encore levé, semblait-il.
Jean-Paul, peut-être autant pour le convaincre que pour s’en persuader lui-même :
- Me dis pas que tu crois à ces histoires de crise des 7 ans de mariage, Sally et moi n’avons jamais été aussi proches. Une femme charmante, des enfants adorables… qu’est ce que tu voudrais de mieux ? Il s’enquit : Pourquoi ? Toi c’est pas la joie avec Laurène ?

F8Joie

Miguel se laissa choir sur le canapé en prenant un air de martyre.
- La joie ? Ben-nan tu vois, je dirais pas ça. Si tu te figures que c’est la joie de la voir
toujours en cloque et le pire… le pire c’est que maintenant, faut se les empayer les gamines !

F8Martyre

Je suis pas méchante, -enfin, je crois pas- mais rien que de le voir vautré sur le canapé, je me suis retenue d’aller le secouer pour lui faire quitter sa tête de martyre en lui sortant ses quatre vérités :
- Et pour Laurène, tu te figures que c’est la joie ?! Elles t’ont pas trop fatiguées les gamines aujourd’hui à ce que je sais, vu que t’as passé tout ton temps avec ton pote Jean-Paul. Et puis si t’avais pas fait tout un cinéma pour avoir un fils, vous n’en seriez peut-être pas là. Maintenant que tu l’as, tu voudrais quoi ?
J’ai préféré aller me doucher, le temps d’entendre Jean-Paul lui dire :
- Puisque Sally est rentrée, tu vas bien rester manger avec nous.

*****************

F8loto

Avec cette grossesse qui n’en finissait pas je me sentais laide, j’aurais voulu changer de vêtements ou du moins rentrer à nouveau dans mes robes qui plaisaient tant à Abdoul. Tout ce que j’avais pu faire, c’était changer de coiffure. Ces nouveaux gels anti frisottements faisaient merveille et mes cheveux ressemblaient à présent à de véritables baguettes de tambour. Une étape nécessaire pour parvenir à mes fins, mais qui n’arrangeait pas mon moral.
Nous désespérions tous de voir naître le bébé. Thomas ne supportait plus d’être fils unique, il faisait plein de projets pour quand le petit frère serait né. Il désirait un frère au moins autant que je souhaitais une fille. Du moins, quel que soit le résultat du loto, pouvait-on être assurés que l’un de nous remporterait le gros lot.

F8matthieu

And the winner is...
A défaut de combler mes attentes, la naissance de Thomas a au moins fait un heureux.
Je peux même dire deux, car Abdoul n'était pas peu fier de ses deux garçons.

F9decue

Abdoul se montra très compréhensif. Je l'avais tellement bassiné à le traîner au rayon des bébés filles quand nous faisions les achats de naissance qu'il savait qu'un second garçon ne faisait pas partie de mes projets.
- T'es pas trop déçue ma choute ?
- Un peu, avouai-je, mais j'ajoutai en soupirant : Enfin, le principal c'est que le bébé soit en bonne santé et qu'il fête son anniversaire.
C'est alors qu'approchant sa bouche de mon oreille il me susurra :
- On pourrait la tenter, cette fille.

F9fille

Je dois être un peu cinglée. Comme si ma dernière grossesse ne m'avait pas suffit !
Je l'ai laissé me basculer sur le canapé et nous avons retenté notre chance profitant
de ce que Thomas était occupé à faire ses devoirs dans sa chambre.

Posté par fonsine à 11:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur D/8 : La nouvelle génération

    Ah ben je vois qu'on n'en a pas fini avec les couches !
    En tout cas c'est marrant de voir grandir tous les enfants....

    Posté par Lorraine54, 07 novembre 2007 à 11:53 | | Répondre
  • Mais dis donc, c'est qu'on peut plus les arrêter ! C'est la course à la couche culotte, voilà qu'ils veulent rivaliser avec Miguel et Laurène !

    Posté par Hanyo, 07 novembre 2007 à 12:38 | | Répondre
  • Il faudrait qu'André et Vilma est un autre enfant... c'est amusant de les voir se recontrer !

    Posté par clem22, 14 novembre 2007 à 20:52 | | Répondre
Nouveau commentaire