27 novembre 2007

E/1 : Le pique-assiette

A4chose

S’il y a une chose que je ne supporte pas, c’est bien d’avoir quelqu’un dans mes jambes quand je fais la cuisine. Mais ça, bien sûr, Miguel ne pouvait pas le savoir. Il avait accepté l’invitation à dîner avec un empressement qui me ferait dire qu’il n’attendait que ça. Cette façon qu’il a de s’incruster après le coucher du soleil, c’est aussi parlant qu’une pancarte « quand est-ce qu’on mange ? ». Il était donc piqué là, à jouer les mouches du coche.
- Je peux t’aider à faire quelque chose ?

A4cotes

- Elle en a de la chance Laurène, d’avoir un mari qui l’aide à faire la cuisine, lui ai-je lancé en guise de compliment. C’était pourtant pas l’envie qui me manquait de lui demander de se pousser de là. Il ne voyait donc pas qu’il gênait ?
- Oui-bof… c’est pas que je coure après, mais tu vois, je suis un peu coincé dans ce coin… elle est pas très grande ta cuisine Sally.
Aaah, tout s’expliquait ! C’est pas lui qui me gênait, c’était moi qui bouchais le passage !

A4faisbon

- Qu’est ce que tu nous prépares de bon ? demanda-t-il la mine gourmande.
- Des côtes de porc aux brocolis et aux chou rouge, c’est une recette que m’a passée Vilma.
Apparemment, il ne courait pas après non plus, vu la tête qu’il a tirée et le soupçon de désappointement que j’ai cru déceler dans son :
- Ah-bon !
Je me crus obligée de lui demander :
- Pourquoi ? T’en as déjà mangé ? T’aimes pas ça ?
Mais s’il comptait que j’allais lui faire un plat spécial, il se faisait des illusions.
- Ha-nan, chez nous c’est pizza, nouilles ou hamburgers. Laurène sait faire que ça. Tu m’étonnes que j’ai pris du ventre !
Il aurait dit autre chose… c’était pas sans se remarquer. Mais ça ne pouvait pas mieux tomber. J’ordonnai :
- Hé-ben, tu vas y goûter ! Le chou et les brocolis ça doit être bon pour la ligne. André n’a pas pris un gramme depuis qu’ils sont mariés. Allez viens ! On passe à table.

A4fete

Pendant tout le repas, je fis semblant de ne pas remarquer les grimaces qu’il faisait chaque fois qu’il avalait une bouchée et alors que nous avions terminé, il était encore devant son assiette. Il nous apprit qu’Angie avait fêté son anniversaire. Ca avait l’air de lui faire vraiment plaisir que sa fille ait bien grandi, mais je n’ai pas aimé la façon qu’il a eue de déclarer comme si ça coulait de source.
- On va enfin pouvoir souffler un peu !
- Pourquoi ? demanda Jean-Paul, elle était si dure que ça comme gamine ? J’avais pourtant le souvenir qu’elle était plutôt de bonne composition.
- Ah-mais elle EST de bonne composition, comme tu dis ! C’est bien pour ça qu’on va pouvoir respirer. Elle va pouvoir nous donner un sacré coup de main pour les corvées. Parce que Laurène, je vous dis pas, mais comme feignasse…

A4mine

Je n’aime pas, mais alors pas du tout qu’on critique mes amies,
surtout quand elles ne sont pas là pour se défendre. J’y allais de ma petite pique :
- Hé-ben, comme ça vous faites la paire !
Ca a jeté un froid.

A4photos

Jean-Paul a fait ce qu’il a pu pour détendre l’atmosphère qui était devenue pesante.
- Heu… ça c’est bien passé, l’anniversaire ? T’aurais pas des photos à nous montrer ?
Miguel retrouva le sourire.
- Si-si, je dois en avoir une ou deux dans mon portefeuille.
Quand il sortit le dit portefeuille, je notai qu’il n’était pas très garni en simflouze. Si c’était là toute sa fortune, ils ne devaient pas rouler sur l’or.

A4superbe

- Je vous avertis, vous allez pas en revenir de ce qu’elle est belle ! annonça Miguel en produisant une photo. L’œil de Jean-Paul s’alluma
- Fais voir ! Fais voir !
Il s’éteignit aussitôt et il me tendit la photo avec pour tout commentaire.
- Rha dis-donc, qu’est ce qu’elle te ressemble, Miguel ! Tu trouves pas qu’elle lui ressemble, Sally ?
Ca, pour lui ressembler… A mon avis elle dépareillera pas parmi les townies de Felicidad. Enfin, la beauté ne fait pas tout. Je suggérai :
- T’en aurais pas une autre ? On la voit pas très bien. C’est un peu sombre chez vous. –Ca lui apprendra à critiquer ma cuisine.

A4voirmanu

- Ah-mais si, j’ai aussi une photo de l’anniversaire de Manu, dit Miguel en fouillant de nouveau dans son portefeuille. Parce que je vous ai pas dit ? Il a grandi aussi le petit !
Est ce qu’on lui demandait une photo de Manu ? On s’est extasiés, comme de juste -mais nôtre Axel est mille fois plus beau-
- Rhooo, qu’il est mignon ! Mais t’en aurais pas une autre d’Angie, qu’on se rende mieux compte ?
Il nous avait annoncé une beauté, on demandait à voir.

A5acroire

Il sortit une autre photo, comme à regret, annonçant :
- Là, c’est son mauvais profil.
De fait…
- C’est drôle, commenta Jean-Paul, on dirait qu’elle ressemble à Laurène sur celle-là.
- Moui… admit Miguel. Elle a hérité de son nez !
Je me retins de lui dire que la chirurgie esthétique faisait des merveilles de nos jours laissant Jean-Paul conclure :
- Un beau clocher n’a jamais dépareillé un joli village.
Ca lui sert d’avoir appris à baratiner devant le miroir. Je suis sure qu’il n’en pense pas un mot !

Posté par fonsine à 16:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur E/1 : Le pique-assiette

    Rhooo, en effet, c'est pas réussi son profil, à la petite...grande Angie !

    Posté par clem22, 30 novembre 2007 à 20:31 | | Répondre
Nouveau commentaire